Le ministre des Transports doit surseoir à l’adoption du nouveau règlement de zonage aérien de l’aéroport Montréal-Trudeau

Montréal, 26 avril 2016 – Les Pollués de Montréal-Trudeau demandent au ministre des Transports, Marc Garneau, d’imposer à Transports Canada une prolongation de la période de consultation du nouveau règlement de zonage de l’aéroport Montréal-Trudeau. Cette prolongation devant servir à mieux renseigner le public sur les effets des modifications envisagées.

« Nous ne voulons pas nous retrouver un jour devant des faits accomplis ayant un impact négatif sur notre qualité de vie et face à une organisation publique qui nous dira que nous avons été consultés. Transports Canada doit mettre sur la table toutes les informations nous permettant de mesurer la différence entre l’ancien règlement et le celui proposé », a déclaré Antoine Bécotte, le président des Pollués de Montréal-Trudeau.

Manque de transparence de Transports Canada

Citoyens et organismes ont normalement jusqu’au 26 avril 2016 (aujourd’hui) pour faire part de leurs observations auprès de Transports Canada. Des représentants des Pollués de Montréal-Trudeau ont participé aux deux séances de consultation tenues récemment par ce ministère à Pointe-Claire, mais malgré plusieurs questions, bien des réponses sont restées en suspens ou s’avèrent incomplètes. Le nouveau règlement vient remplacer le précédent qui datait d’avril 1976 alors que l’aéroport de Dorval était voué à un avenir fort limité. Il ajoute entre autres deux kilomètres à la portée du territoire autour de l’aéroport touché par les restrictions sévères du règlement de zonage, ce qui pourrait pénaliser des citoyens au moment de la vente de leur propriété.

Le nouveau règlement valide aussi l’abandon du prolongement de la piste 10-28 et de la protection du terrain permettant la création de la piste 12-30, des projets pouvant aider à une meilleure répartition des trajets des aéronefs au-dessus de l’île de Montréal et du bruit afférent.

Les Pollués de Montréal-Trudeau s’interrogent aussi sur la signification de la limitation recherchée de certaines activités humaines et industrielles, attirant la faune jusqu’à une distance de 15 kilomètres. L’augmentation du bruit – enregistré par les stations de mesure des Pollués de Montréal-Trudeau – est justement plus nette jusqu’à une quinzaine de kilomètres à l’est de l’aéroport.

« Pour toutes ces raisons, nous demandons à Transports Canada de refaire ses devoirs, de faire preuve de plus de transparence et de revenir expliquer en détail les changements réels qu’entraînera son projet », de conclure, monsieur Bécotte.

À propos des Pollués de Montréal-Trudeau
Groupe de citoyens de Montréal incorporé comme organisme sans but lucratif à l’été 2013, Les Pollués de Montréal-Trudeau réclament principalement une révision des stratégies d’atterrissage et de décollage à l’aéroport Montréal-Trudeau de façon à rehausser les niveaux d’altitude des aéronefs qui survolent l’île de Montréal et l’application d’un couvre-feu strict entre 23 h et 7 h. Plus d’information au www.lpdmt.org

Donner une réponse